Salgood Sam, wisdom from an art school drop out.

Post image for Salgood Sam, wisdom from an art school drop out.

by Chantal Fournier on February 19, 2015

We are so lucky to have an interview with our next guest. He’s been an integral part of the local indie comic scene for a long time, he’s versatile, busy and yet very generous with his knowledge. I’m very happy with this interview. Ladies and Gentlemen, Mr.Salgood Sam!

Nous sommes très choyés d’avoir une entrevue avec notre prochain invité. Il fait partie intégrante de la scène de comic indie depuis un bon moment, il est versatile, occupé et pourtant très généreux avec son savoir. Je suis très contente de cette entrevue. Mesdames et Messieurs, M.Salgood Sam!

(Voir en bas pour l’entrevue en français!)
Chantal: To get started, can you tell us about your art education?

 Max: I went to an arts enriched high school for two and half years, Wexford CI, and did pick up a bit from that before being kicked out for truancy, skipping too many academic classes.

 But mostly I just grew up with art. My mother is a professional artist, these days mostly working in animation doing storyboards. When i was a little kid she was a freelance illustrator and leather worker. We owned a sandal and hand made leather goods shop in downtown Toronto, and a lot of her friends were creatives of some kind or another. My father was a writer and photographer, and both families are full of artists. On my father’s side two of his uncles were cartoonists even.

 So art was just a thing people I knew and grew up with did, and I took mostly for granted as a kid. I learned a lot that way before I ever really pursued it seriously myself.

 Knowing it was not a stable way to make a living, I had wanted to become a scientist or engineer. But being dyslexic and a counter culture kid, I was told I had no chance at that by career counselors in the late 70s/early 80s.

 So perceiving that door closed to me, I ended up pursuing art knowing already I thought, how it was done as a job. And seeing it as a way to do an end run around an established system that didn’t seem to want to let me get anywhere. Back then art was one of the few areas where your CV and degrees meant nothing, it was your portfolio that got you the job.

 So outside of the few years at Wexford, I’ve mostly learned as an autodidact. On the job, working with people much better than me, and trying to pick up everything I could.

 When I was first at Wexford as well, I was considering become an art forger! I’d read some romantic stories of adventure about that and it seemed cool at the time. I thought better of it shortly after but had picked up some good habits of study as a result that I think have always helped.

 Chantal: You got started in the industry at a young age, if you could send 20 years old Max some advice, what would it be?

 Max: Stay away from Marvel, keep doing your own stuff. And don’t wait for computers to start writing.

Chantal: In my research for this interview, I read about your involvement with the Comic Jam movement, both in Toronto and Montreal. How important is it for you to network with other comic artists? Are you also into online communities?

Max: It’s a mixed blessing. Community is good for any artist, but it also comes with politics and egos, and tends to be transitory. I’m less active in that these days but its a good idea for most I’d say to spend at least some time getting to know your scene and being active in it. And yeah, that all goes for online too.

Chantal: These days, you have several revenue streams, sales of your books, teaching, freelance, Patreon. Can you tell us more about Patreon? Do you have a relationship with your patrons, do you feel like they are a community that interacts together and with you? What does Patreon let you do that more conventional revenue streams do not?

Max: A bit early for me to say much about a lot of that, I’ve only been on Patreon for about two and a half months.

 While it’s very new for me yet, its already working better in terms of actual revenue, than having a more traditional online store has. So that’s exciting. And in theory the hope is yes, patrons will be supporters I have a more direct connection with, if they want to have that. It’s not obligated, but I’m trying to make myself available to them in various ways.

 What it is, is a crowdfunding platform where instead of raising a lump sum like you do on kickstarter, it’s an ongoing monthly pledge system. So I’ve incorporated promoting it into my regular online activities, and add a simple call to action to pledge to most of my work-related posting. In theory you are not paying for content as a backer, most of it is available for free online already. It was started by musicians and youtubers who put up content online freely and were sick of trying to live off of advertising or merch revenue. So the pledges are a fixed monthly or ‘per item posted’ amount, meant to support your activity generally with some kind of predictable, stable income. Rather than pay for a specific finite item or more limited end goal.

 I’ve been using it as a kind of broad subscriber system. Everyone who pledges $2 or more to my campaign gets a digital subscription to my comics and other activities. And so far people are slowly taking it up so possibly, it may end up being a major part of how I pay the bills in months and years to come. Already it’s putting a nice dent in them.

 I think crowdfunding in general is a great way to finance artistic projects. Grants are good but they don’t’ intrinsically enrich your relationship with an audience/consumers. Crowdfunding can, and Patreon holds the promise of doing that in a stable ongoing manor no other platform has yet.

Chantal: You started teaching at Syn Studio not so long ago and get students of all levels. Is there one thing you wish you could hammer in everyone’s head once and for all?

Max: um, well, I’m kind of against hammering things into heads.

 But I find the most common theme to the questions I get as a teacher, are not about making art persay, but the meta process of thinking about it, perfectionism, fear of failure, making mistakes, and where to start. So sometimes it feels more like I’m an art making counselor, than an art teacher.

 I think its more important for creatives to value being done, over being perfect. Embracing mistakes, and learning from them rather than thinking it’s important to protect ourselves by trying to maintain some kind of perfect public persona via an impossible goal of flawless work.

 Also we should not be in too much of a rush to try to make a living from art either, before we know what and why. It takes a while to figure out who you are as an artist. Artists are generally a kind of author, not simply mere curators of aesthetics usually.

 To be a good author, you need to know not just how to say things, but what you want to say. And that’s tough. If you try to make a buck off it before you have worked that out, you may well find yourself trapped making a living off of art you don’t care for and is just done to pay the bills. And given the chance finally, having never done so before, many artists are surprised to find their authorship muscles are atrophied, or non existent.

 Only natural though, if all you’ve done before that moment, is work as the hands of other people, or worked to serve up product to suit market demands rather than ever exploring your personal voice.

 And for many, this and the effort to brand ourselves, will not leave room for further growth or development.

 So while I’m all for working professionally as an artist, be wary of letting the pursuit of an income, overwhelm and dominate your creative goals. When I started myself, I had a 1 to 2 rule. For everything I did for work, I had to do at least two things for myself.

Chantal: Do you have any upcoming projects you can tell us about?

Max: Always. Right now i’m focused on ongoing things, namely my comics! I’m still trying to get people to read my latest graphic novel, Dream Life | a late coming of age. And right now i’m working on getting the fourth issue of Revolver Quarterly done. It’s very late, but I hope to have it wrapped and off to backers late winter, with the public release in the spring. It includes the second instalment of ‘Dracula Son of the Dragon’, in collaboration with Mark Sable. And my memoir comic ‘A Bastards Tale’.

 I’ve also started a regular podcast, up to ten episodes released as of this moment. And have been posting a lot of things to YouTube lately relating to my comics and art teaching.

Chantal: Finally, where can our readers find more about you and your work?

Max: https://www.patreon.com/salgood – http://www.spiltink.org/

—————————————

Français!

Chantal : Pour commencer, peux-tu nous parler de ton éducation artistique?

Max : J’ai été à une école secondaire avec un programme artistique, Wexford CI, pendant deux ans et demi et j’y ai appris un peu avant d’être expulsé pour avoir manqué trop de cours académiques.

Mais surtout, j’ai grandi avec les arts. Ma mère est une artiste professionnelle, maintenant elle travaille surtout en animation, à faire des storyboards (scénarimages). Quand j’étais un enfant, elle était une illustratrice pigiste et elle travaillait le cuir. Nous avions un magasin de sandales et d’objets de cuir faits à la main à Toronto et plusieurs de ses amis étaient des créatifs d’un genre ou d’un autre. Mon père était un écrivain et un photographe et les deux familles étaient pleines d’artistes. Du côté de mon père, il y avait même deux de ses oncles qui dessinateurs de cartoons.

Alors l’art était juste quelque chose que les gens que je connaissais et avec qui j’ai grandi faisaient. Comme enfant, je tenais ça pour acquis, j’ai appris beaucoup avant même de vouloir en faire sérieusement.

Sachant que ce n’était pas une façon stable de gagner sa vie, je voulais devenir un scientifique ou un ingénieur. Mais j’étais dyslexique et un enfant de la contre-culture et les orienteurs m’ont découragé d’aller dans cette voie à la fin des années 70 et dans les années 80.

Puisque je croyais que cette porte m’était fermée, je me suis retrouvé à suivre une voie artistique. Je croyais déjà savoir comment travailler dans ce domaine et je pensais pouvoir m’en servir pour contourner un système qui ne voulait pas de moi. C’était à l’époque un des seuls domaines où un diplôme ou un c.v. ne voulaient rien dire, c’était le portfolio qui ouvrait les portes.

Alors, à part les quelques années à Wexford, j’ai surtout appris comme autodidacte. Sur le tas, en travaillant avec des gens bien meilleurs que moi et en essayant d’apprendre tout ce que je pouvais.

Aussi, quand j’ai commencé à Wexford, je considérais devenir un contrefacteur d’art! J’avais lu des histoires romantiques d’aventures sur le sujet et ça me paraissait cool dans le temps. J’ai vite changé d’idée là-dessus, mais le résultat est que j’avais déjà pris de bonnes habitudes d’étude à cause de ça et je pense que ça a toujours aidé.

Chantal : Tu as commencé dans l’industrie du comic à un très jeune âge, si tu pouvais donner des conseils à Max lorsqu’il avait 20 ans, que dirais-tu?

Max : Reste loin de Marvel, continue à faire tes propres trucs. N’attends pas les ordinateurs avant de commencer à écrire.

Chantal : Dans ma recherche pour cette entrevue, j’ai lu sur ton implication dans le mouvement Comic Jam à Toronto et à Montréal. À quel point est-il important de réseauter avec d’autres artistes? Fais-tu aussi partie de communautés en ligne?

Max : Ça a du bon et du mauvais. Une communauté, c’est toujours bon pour un artiste, mais ça vient avec de la politique et des ego, et ça tend à être transitoire. Je suis moins actif là-dedans ces temps-ci, mais c’est quand même une bonne idée. Je dirais que la plupart des gens devraient passer un peu de temps à découvrir leur scène et à y être actifs. Et tout ça vaut pour les communautés en ligne aussi.

Chantal : Ces jours-ci, tu as plusieurs sources de revenu, ventes de tes livres, enseignement, pige, Patreon. Peux-tu nous en dire plus sur Patreon? As-tu une relation avec tes mécènes, as-tu l’impression qu’ils forment une communauté qui interagit ensemble et avec toi? Qu’est-ce que Patreon te laisse faire que des sources de revenu plus traditionnelles ne peuvent pas?

Max : Il est un peu trop tôt pour que je puisse me pronouncer sur le sujet, je ne suis sur Patreon que depuis deux mois et demi.

Bien que ce soit très nouveau, ça fonctionne déjà mieux que ma boutique en ligne traditionnelle en terme de revenu. Alors c’est excitant. Et en théorie, oui, les mécènes seront des supporters avec qui j’aurai une relation plus directe, s’ils le veulent. Ce n’est pas obligatoire, mais j’essaie de me rendre disponible à eux de différentes façons.

Patreon, c’est une plateforme de financement participatif (crowdfunding) où, au lieu de ramasser une somme fixe d’un coup, comme sur Kickstarter, c’est un système continu où on s’engage à payer tous les mois. J’ai incorporé la promotion de ma campagne Patreon dans mes activités en ligne habituelles et j’ajoute un simple appel à l’action pour joindre la campagne dans la plupart de mes publications reliées au travail. En théorie, comme mécène, tu ne paies pas pour le contenu parce que la majorité du contenu est déjà disponible en ligne gratuitement. Ça a commencé avec des musiciens et des utilisateurs Youtube qui mettent du contenu en ligne gratuitement et qui en avaient ras le bol d’essayer de vivre des revenus de publicité ou de vente de marchandise. Alors les mécènes s’engagent à supporter avec un montant par mois ou par item publié, ce qui permet de financer votre activité avec un revenu assez stable et prévisible au lieu de payer pour un objet fini ou un but limité.

Je l’ai utilisé comme un système d’abonnement assez large. Tout le monde qui s’engage à verser 2 $ ou plus par mois reçoit un abonnement à mes comics et mes autres activités. Et jusqu’à présent, les gens embarquent tranquillement alors il est possible que ça devienne une partie importante de la façon dont je paie mes factures dans les mois et les années à venir. C’est déjà en train de faire une bonne brèche dans ma pile de factures.

Je pense que le financement participatif en général est une excellente façon de financer des projets artistiques. Les bourses sont bien, mais elles n’enrichissent pas votre relation avec votre audience. Le crowdfunding le peut et Patreon promet de pouvoir le faire d’une façon stable et continue comme aucune autre plateforme jusqu’à maintenant.

Chantal : Tu as récemment commencé à enseigner à Syn Studio et tu as des étudiants de tous les niveaux. Est-ce qu’il y a une chose que tu voudrais pouvoir marteler dans la tête de tous tes élèves une fois pour toutes?

Max : Hum, et bien, je suis généralement contre l’idée de marteler des choses dans les têtes.

Mais je trouve que le thème le plus commun dans les questions qu’on me pose en tant que professeur ne sont pas à propos de faire de l’art, mais du méta procédé entourant l’activité : le perfectionnisme, la peur d’échouer, de faire des erreurs, où commencer. Parfois je me sens plus comme un coach de vie artistique que comme un professeur.

Je pense que c’est plus important pour quelqu’un de créatif de valoriser avoir fini que d’être parfait. Il faut accepter nos erreurs et apprendre d’elles au lieu de nous protéger en maintenant la façade publique impossible d’une œuvre parfaite.

Nous ne devrions pas non plus trop nous presser de gagner notre vie avec l’art avant de savoir quoi et pourquoi. Il faut un bout de temps pour se découvrir comme artiste. Les artistes sont généralement des auteurs, pas juste des curateurs d’esthétique.

Pour être un bon auteur, il ne faut pas juste savoir comment dire quelque chose, mais aussi, ce qu’on veut dire. Et c’est difficile. Si vous essayez de faire la piastre avec ça avant d’avoir déterminé ce que vous voulez dire, vous pouvez très bien vous retrouver coincés à gagner votre vie à faire de l’art que vous n’aimez pas, juste pour payer les factures. Et finalement, lorsqu’on leur offre la chance de dire ce qu’ils veulent, plusieurs artistes se rendent compte que leurs muscles d’auteur sont atrophiés ou non existants, parce qu’ils ne s’en sont jamais servis.

Et c’est naturel, si tout ce que vous avez fait dans le passé est de travailler à être les mains de quelqu’un d’autre, ou de travailler à servir un produit à la demande du marché au lieu d’explorer votre propre voix.

Pour plusieurs, ceci et l’effort de développer leur propre image de marque ne laisseront pas de place pour plus de croissance ou de développement.

Alors, bien que je sois tout à fait pour travailler professionnellement comme artiste, attention à la poursuite d’un revenu, il ne faut pas la laisser conquérir et dominer votre voix personnelle. Quand j’ai commencé, j’avais une règle de 1 pour 2. Pour chaque chose que je faisais pour le travail, j’en faisais au moins 2 pour moi-même.

Chantal : As-tu des projets à venir dont tu peux nous parler?

Max : Toujours! Actuellement, je suis focalisé sur des choses en continu, à savoir, mes comics! J’essaie toujours de convaincre les gens de lire mon dernier graphic novel Dream Life | a late coming of age. Et je travaille aussi à finir le quatrième numéro de Revolver Quarterly. Il est très en retard, mais j’espère l’avoir bien ficelé et envoyé aux gens qui l’ont supporté (sur Kickstarter) à la fin de l’hiver et qu’il soit disponible au grand public au printemps. Il inclut le deuxième épisode de « Dracula, Son of the Dragon » en collaboration avec Mark Sable. Et mon mémoire bd « A Bastards Tale ».

J’ai aussi commencé un podcast régulier, j’en suis à 10 épisodes publiés jusqu’à maintenant. Et j’ai publié beaucoup sur Youtube dernièrement et relation avec mes comics et mon enseignement de l’art.

Chantal : Pour finir, où nos lecteurs peuvent-ils en apprendre plus sur toi et sur ton travail?

Max : https://www.patreon.com/salgood — http://www.spiltink.org/

—————————————

Chantal likes anteaters, swing and lime pies. She has worked as an illustrator in the entertainment industry for almost 15 years, first in the video game industry and after that in publishing. She also organises the Drink And Draw parties. You can see her illustrations and paintings portfolio at www.chantalfournier.com

Chantal aime les tamanoirs, le swing et la tarte à la lime. Elle oeuvre en tant qu’illustratrice dans l’industrie du divertissement depuis près de 15 ans, d’abord dans l’industrie du jeu vidéo et ensuite dans le monde de l’édition. Elle organise aussi les soirée Drink Adn Draw. Pour voir ses illustrations et ses peintures, vous pouvez visiter son portfolio ici: ww.chantalfournier.com

Previous post:

Next post:

Facebook