Petit Guide de Survie pour Artiste II: Le talent

Post image for Petit Guide de Survie pour Artiste II: Le talent

by Drink & Draw MTL on February 1, 2013

Maintenant que j’ai parlé d’endroits où trouver d’autres artistes et où aller dessiner je peux m’attaquer à ma bête noire: le talent. Et bien, le talent, c’est un mythe. Oui oui, un mythe. Tout le monde peut apprendre à dessiner. Oui oui, tout le monde. Le stricte minimum c’est de voir quelque chose et de pouvoir tenir un crayon*. Tout le reste s’apprend. Vous ne me croyez pas? Et bien imaginez la conversation suivante:

—Oh, tu es chanceuse de pouvoir dessiner, moi je ne suis pas capable.
—As-tu déjà suivi des cours?
—Oui, quelques-uns, mais j’ai arrêté parce que je n’étais pas bon.

Je ne sais pas si vous avez déjà eu cette conversation, mais ça m’est arrivé souvent. Si j’ai le malheur de dire que n’importe qui peut apprendre à dessiner, on me répond que ce n’est pas tout le monde qui a la chance d’avoir mon talent, que eux ils ne peuvent pas dessiner parce qu’ils sont particulièrement dénués de talent. Ce à quoi je répond: «C’est n’importe quoi!»

Maintenant, imaginez la conversation suivante:

—Oh, tu es chanceuse de pouvoir lire et écrire, moi je ne suis pas capable.
—As-tu déjà suivi des cours?
—Oui, j’ai fais 4 mois en première année, mais j’ai arrêté parce que je n’étais pas bon.

Dans notre société, c’est une conversation absurde. Personne ne s’attend à savoir lire et écrire en 4 mois. Et si un enfant à de la difficulté à apprendre, on lui donne plus d’encadrement, on ne le classe pas comme sans talent pour la lecture à 6 ans. Et bien la musique, l’art, ou le vélo, ça ne s’apprend pas tout seul. Il y a un aura mystérieux qui entoure l’art et, jusqu’à un certain point, la musique et qui laisse croire que si on n’est pas bon en commençant, on ne le sera jamais.

L’éducation Artistique

La piètre qualité de l’enseignement de l’art dans plusieurs endroits y est peut-être pour quelque chose. Pendant tout mon primaire et mon secondaire, l’éducation artistique que j’ai reçu a consisté à dire: «Maintenant les amis, on dessine un animal imaginaire» et à nous laisser une période de temps pour s’exécuter. Imaginez si on nous avait appris à lire en disant: «Maintenant les amis, on va lire le livre de Jiji et Pichou et on en reparle dans 15 minutes.» Les gens avec du talent pour la lecture seraient aussi rares et mystérieux que les artistes!

Oui mais Mozart…

Dans une conversation sur le talent, il y a toujours quelqu’un pour parler d’enfants prodiges. Mozart par exemple. Et bien saviez-vous que Léopold, le père de Mozart était un spécialiste de l’enseignement de la musique et qu’il a commencé à entraîner Amadéus alors qu’il avait 3 ans? Qu’il a travaillé d’arrache-pied sur la composition pendant toute sa vie, et pourtant, toutes ses meilleurs oeuvres ont été composée dans les 10 dernières années de sa vie? Que ses premières oeuvres étaient co-écrites par son père? Comment peut-on alors dire que son talent était inné?


Ça veut dire que je n’ai pas de talent?

Exactement, mais ce n’est pas grave, personne n’en a. Par contre, il va vous falloir travailler fort pour acquérir votre éducation artistique. Par éducation, je ne parle pas d’un diplôme, je parle de compétences.

Ce que ça prend:
De la pratique
Des connaissances
Du feedback
De la détermination

cliquez ci-bas pour continuer à lire… 

La pratique

Par pratique, je ne veux pas juste dire de gribouiller continuellement. Je parle d’identifier quelque chose sur lequel on veut s’améliorer, de s’informer sur le sujet, de faire un plan et de mettre le plan en œuvre. Les connaissances et le feedback peuvent vous aider à décider ce que vous devez pratiquer. Si vous vous rendez compte en lisant un livre que vous ne connaissez pas la théorie des couleurs ou si quelqu’un vous dit de travailler sur votre perspective, vous avez maintenant un but a atteindre. Selon plusieurs études, le nombre d’heures passées à pratiquer et la concentration appliquée à ces études sont les principaux facteurs d’amélioration. Cette pratique intense et délibérée n’est pas toujours agréable, mais elle est nécessaire.

Des connaissances

Personne ne s’attend de quelqu’un qu’il découvre tout seuls ce que d’autres ont mis des centaines d’années à découvrir en math ou en science, alors pourquoi serait-ce le cas en art? L’art a des théories et des règles et peut être enseignées comme toute autre matière. C’est pourquoi certaines écoles et professeurs sont très reconnus et d’autres non. Certains professeurs d’art ont laissé leur marques sur des générations d’élèves, tel George Bridgeman et Howard Pyle. Non seulement étaient-ils très bons dans ce qu’ils enseignaient, ils avait une façon de le faire qui poussait leurs élèves à s’améliorer.

Ces connaissances peuvent être trouvée dans des livres, dans des cours, sur YouTube, sur dvd, enfin, presque n’importe où et parfois gratuitement. Il faut cependant se méfier des recettes sans explications. Les livres sur le manga sont souvent coupables de ce genre de chose. On n’a pas besoin de livres différents pour les bons et pour les méchants. Même chose pour les fameux vidéos de paysages génériques à la Bob Ross ou William Alexander. Ils ne sont pas fait pour enseigner la peinture, ils sont faits pour guider étape par étape et reproduire le contenu du vidéo. Un bon professeur ne fait pas que dire ce qu’il fait, il explique aussi pourquoi il le fait.

Du feedback.

Bon je devrais écrire rétroaction en français. Mais avez vous demandé à quelqu’un un peu de rétroaction récemment? Peu importe comment on l’appel, le feedback nous permet de déjouer nos angles morts. Soit par manque de connaissance, soi par manque de recul émotif, il est difficile de bien juger notre travail. Une paire de yeux frais est importante. C’est là que les amis artistes qu’on s’est fait en allant à Dr.Sketchy ou a Urban Sketchers peuvent nous aider.

Idéalement, on devrait recevoir du feedback de quelqu’un qui est compétant dans notre domaine, mais même dans ce cas, il faut prendre le feedback avec un grain de sel. Dans des ateliers, j’ai vu des gens être tourmentés d’avoir reçu deux conseils contradictoires de deux de leurs idoles. Mais c’est normal, oui ce sont deux maîtres dans leur domaine, mais ils sont différents, leurs oeuvres sont différentes, c’est donc normal qu’ils fasses des choix différents. Dans un cas comme celui-ci, choisissez la solution qui vous ressemble le plus parce qu’il n’y a pas qu’une seule bonne réponse. Même si vous recevez du feedback d’une seule personne, il est possible que ce feedback n’aille pas dans le sens de votre travail. Attention cependant de ne pas être défensif et de ne pas rejeter tout commentaire qui ne vous plait pas. Et si vous croyez être trop bon pour avoir besoin de feedback, et bien dites-vous que Tiger Woods a encore un coach.

De la détermination

Parce que si vous ne l’avez pas encore deviner, la pratique délibérée, le feedback parfois négatif, la recherche de connaissances, ce n’est pas toujours de tout repos. La détermination est un important facteur de réussite. En plus, l’art étant subjectif et personnel, la critique peut être un dur coup sur l’égo, même lorsqu’on est un artiste commercial qui suit le design de quelqu’un d’autre. Il faut à la fois être ouvert aux révisions et avoir une carapace.

En conclusion

Lâchez pas! Et si vous avez des questions, je vais essayer d’y répondre dans les prochains articles.

Remerciements

Je me dois de créditer l’inspiration de cet article à Gregory Manchess qui a écrit sur le sujet et dont les conférences m’inspirent à chaque fois. Gregory est un des enseignants réguliers du IMC et il contribue au blog collectif Muddy Colors.

Je dois aussi créditer Geoff Colvin, auteur du livre Talent Is Overrated: What really separates world-class performers from everybody else. Un résumé du livre peut être trouvé ici.

D’autre articles auquels je me suis référée sont:
Coaching a surgeon: What makes top performers better? Par Atul Gawande
Performance : pratique délibérée et fonctionnement optimal Par Bruno Ouellette M. PS
The Role of Deliberate Practice in the Acquisition of Expert Performance Par K. Anders Ericsson, Ralf Th. Krampe, and Clemens Tesch-Romer

*Même tenir un crayon peut parfois être optionnel. Francis Tsai a la maladie de Lou Gehrig mais il peint encore avec un ordinateur qui suit le mouvement de ses yeux.


Chantal aime les tamanoirs, le swing et le gâteau à la citrouille. Depuis plus de 10 ans, elle a contribué à une multitude de jeux vidéos en tant qu’artiste et participé à plusieurs conventions. Pour voir ses illustrations et ses animations, vous pouvez visiter son portfolio ici: www.chantalfournier.com

Previous post:

Next post:

Facebook